Etude Préalable

L'étude préalable est un terme propre aux Monuments Historiques et comprends plusieurs missions: diagnostic, avant-projet sommaire et avant-projet détaillé.  L'étude préalable est présentée sous forme de rapport et comporte les études, les relevés, les diagnostics et les investigations qui ont été jugés nécessaires à l'élaboration des propositions de restauration. Elle comprend aussi le descriptif, l'explicatif et le justificatif précisant les dispositions de la conception architecturale et technique et des différentes solutions envisageables qui sont nécessaires aux choix de principe, à l'autorisation et à la décision administrative.

L'étude préalable fait l'objet d'un contrat signé entre les deux parties et donc d'une mission à part entière dont le montant est proposé par le maître d'oeuvre c'est-à-dire l'architecte et soumis à l'approbation du maître d'ouvrage.

CONTENU

(D'après la circulaire n° 63150 du 5 août 1985, relative à l'organisation des études et travaux sur les monuments historiques classés)

  • Une étude historique et un descriptif du bâtiment. L'étude historique est menée conjointement pour mieux connaître le monument, apporter un éclairage sur les choix mis en œuvre dans la construction et justifier le cas échéant le choix tel partie de restauration, de conservation, voire de restitution. Les recherches documentaires, s’effectuent aux Archives Départementales, au Service Régional de l'Inventaire, à la Direction Régionale des Affaires Culturelles et au Service Territorial de l’Architecture et du Patrimoine.
  • Un relevé et état de conservation (diagnostic ou état sanitaire) du bâtiment existant. Les objectifs des relevés de l’existant et des documents graphiques sont les suivants : 1) Affiner ses connaissances sur l’édifice, sur le plan architectural, constructif et historique. 2) Localiser, grâce à des légendes, en plans, en coupes, et en élévations, l'état sanitaire et les interventions projetées. 3) Quantifier les matériaux pour réaliser les avant métrés et chiffrer le coût des travaux. Le diagnostic est susceptible de porter, en fonction des opérations, à la fois sur la maçonnerie, la structure, la charpente, la couverture, les menuiseries, les vitraux, les décors peints, etc. Toutes les observations sont localisées sur des plans, des coupes et sur des élévations. Les détériorations sont quantifiées et localisées sur les documents graphiques. Les causes des désordres sont analysées. L’ensemble des détériorations sont hiérarchisées par degrés d'urgence. Les interventions seront réparties par lots : maçonnerie, charpente, couverture, menuiseries.
  • La présentation des différentes solutions étudiées en justifiant le parti retenu avec un descriptif des travaux. L'étude préalable comprend aussi un rapport de présentation, faisant apparaître toutes les propositions utiles à l'établissement ultérieur du programme de l'opération et de la commande du projet de conception : intérêt et possibilité de tranches conditionnelles (au maximum deux), décomposition proposée en lots de travaux et durée prévisionnelle des travaux. Il est possible de proposer éventuellement des études complémentaires d'investigation des existants en fonction des renseignements fournis par l'étude de l'état sanitaire du bâtiment (sondage des sols pour d'éventuels problèmes de stabilité du bâtiment, pose de témoins etc.)
  • Une estimation du coût prévisionnel des travaux des différentes solutions étudiées avec un premier calendrier prévisionnel de l'opération. Cette estimation doit normalement servir au lancement de l'instruction administrative et financière de l'opération. Il conviendra, pour le maître de l'ouvrage et pour le maître d'œuvre, de s'assurer que cette estimation est aussi exacte que possible compte tenu des travaux envisagés et de l'avancement des études. Pour les opérations complexes, pour lesquelles il n'aura pas été possible de lever toutes les incertitudes par des études préalables, l'estimation pourra exceptionnellement être donnée avec une fourchette précisant les causes et les degrés d'incertitude ainsi que les conditions et les moyens proposés pour lever cette incertitude. L'estimation financière du coût prévisionnel des travaux est confiée au cabinet FRANCOIS, représenté par M. Philippe FRANCOIS, économiste de la construction et Vérificateur des Monuments Historiques. Si l'estimation prévisionnelle dépasse l'enveloppe budgétaire prévue par le maître d'ouvrage, il est possible de réaliser les travaux en deux tranches afin de répartir les travaux sur deux années.

CONTROLE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE DE L'ETAT

Si l’édifice concerné par les travaux est classé parmi les monuments historiques, l'étude préalable fera l'objet d'une phase d'instruction administrative, de contrôle et d'approbation par les services de l'Etat (Ministère de la Culture). Elles seront soumises à l'avis de la Direction Régionale des Affaires Culturelles, de l'Inspection Générale des Monuments Historiques (IGMH), de l'Inspecteur des Monuments Historiques (IMH) et du Service Territorial de l'Architecture et du Patrimoine (STAP).

 

Cette étude n'engage pas le maître d'ouvrage à poursuivre l'opération et donc à commander le PROJET ARCHITECTURAL ET TECHNIQUE  (PAT) qui consiste en l'étape suivante.

 

LIENS

- Programmation

- Mission de Maîtrise d'Oeuvre

- P.A.T (Projet Architectural et Technique)

- Chantier